LIEUX DECRITS Villes et villages : Berane
Budva
Dobrota
Herceg Novi
Kotor
Perast
Plav
Risan
Stari Bar
Sveti Stefan
Žabljak
Ulcinj

Monastéres :

Moraca
Ostrog
Piva

Montagne :

Durmitor
Prokletije
Vallée de Tara

Sites antiques :

Dioclea

 


menu

MONTENEGRO

CRNA GORA

1 Durmitor, Zabljak, Valée de Tara, Herceg Novi, Kotor, Bouches de Kotor, Risan, Perast, Dobrota, Sv.Stefan, Budva, Mon.Piva, Mon.Ostrog
2 Stari Bar, Plav, Prokletije, Berane, Dioclea, Ulcinj, Mon.Moraca
 

Terre de contrastes. Le nom du pays lui a été donné par les Vénitiens (montagne noire, en serbe « crna gora ») qui ont été impressionnés par la couleur sombre des monts s'élevant au-dessus de plages de sable blanc.

       

 

Le Monténégro est indépendant depuis 2006, date de sa séparation d'avec la Serbie voisine. Il possède de nombreux monuments byzantins, turcs, et vénitiens, de pittoresques villages au bord de la mer, de longues et belles plages, et des montagnes rocheuses, idéales pour des excursions de quelques jours.

Le pays, d'une superficie de 13800 km2, compte 662 000 habitants ; la capitale est Podgorica. Il possède des frontières avec, à l'ouest la Croatie (15 km seulement) et la Bosnie-Herzégovine, au nord la Serbie, à l'est l'Albanie et le Kosovo, et est bordé au sud par la mer Adriatique sur une longue côte de 293 km. Du pays, essentiellement montagneux, la plus grande partie appartient au massif des Alpes dinariques ; les plus hauts sommets, qui dépassent les 2500 m, se situent dans les chaînes de Durmitor et Procletie. Il y a quatre parc nationaux : Lovcen, Durmitor et la vallée de la Tara, Biogradska Gora, et le lac de Shkoder.

La population est constituée de Monténégrins et de Serbes et les religions pratiquées sont l'orthodoxie, l'islam, et le catholicisme.

   

DURMITOR

Massif montagneux située au nord-ouest du pays, formée par le plissement alpin et façonnée par les glaciers. Elle est incluse dans un parc national d'une superficie de 39 000 ha qui englobe aussi la partie la plus pittoresque des profondes gorges de la rivière Tara.

Le plus haut sommet, Bobotov Kuk, s'élève à 2523 m d'altitude. Le parc possède 17 lacs de montagne, des grottes karstiques, des sommets déchiquetés surplombant d'abruptes parois rocheuses encadrant des vallées profondes parsemées de pierres et de rochers. La montagne est parcourue de 2000 km de sentiers balisés sur lesquels ne se trouve qu'un seul chalet-refuge !

Les hauts sommets sont dénudés ou en partie couverts par des petits pins de montagne ; plus bas poussent des arbres feuillus, des pins et des sapins, et encore plus bas s'étendent des pâturages. Le monde animal est représenté par des cerfs, des loups, des lynx, des loutres, et dit-on des ours. Et de nombreuses espèces d'oiseaux. La flore comprend beaucoup d'espèces endémiques.

Vue du sud

Vue du nord

Crne Jezero - Le lac Noir Balisage des sentiers

ŽABLJAK

La capitale de la région montagneuse englobant le parc de Durmitor, pourvue des infrastructures nécessaires pour la découverte des environs, ne consiste qu'en quelques ruelles et hameaux attenants à la ville. Elle comprend quelques magasins, une boulangerie, une poste, des restaurants et bars, une halle commerciale, des boutiques de location de matériel de sport, hivernaux ou estivaux. Des hôtels datant de l'époque « yougoslave » y côtoient d'anciennes maisons de style simple et montagnard. Des chalets-pensions construits en bois décoré hébergent les touristes au nord de l'agglomération, sur la route de Crna Gora, et de semblables demeures se construisent au sud, à proximité des remontées mécaniques.

Des campings situés au pied de la montagne, au départ des sentiers balisés, facilitent les randonnées pédestres. L'hiver, Zabliak devient une station de sports d'hiver renommée, avec deux remontées mécaniques et quelques « tire-fesses ».

 

 

VALLEE DE LA TARA

Sur un parcours de 82 km, coulant entre des gorges encaissées surplombées par des parois verticales de calcaire, atteignant jusqu'à 1300 m de hauteur, la vallée de la Tara est la curiosité géologique du nord du Monténégro. Près du village de Djurdevica, un pont spectaculaire de 5 arches, construit en 1940, relie les deux rives rocheuses, séparées de 366 m. De la chaussée, surplombant la rivière de 172 m, on dispose d'une vue exceptionnelle sur les eaux vertes qui coulent en contrebas. Une route longe la rivière, de laquelle on peut par endroits observer le cours d'eau à travers les arbres et arbustes qui le bordent. Au lieu où la vallée s'élargit le plus se dresse le monastère orthodoxe de Dobrilovina, qui recèle de beaux fragments de fresques datant du XVIe s. Sur le tronçon le plus pittoresque de la Tara des descentes en canoë ou en rafting sont proposées aux touristes amateurs d'émotions fortes.

 

L'eau du bonheur


Chaque année, le 2 Août (jour du saint prophète Elie), une foule des gens se rendent à pied ou en télésiège à la source de Savina Voda, située haut sur la colline de la montagne Savin Kuk. Selon la croyance populaire, cette eau va assurer la santé, le bonheur et la paix intérieure. La bouteille, remplie d' eau de source, amenée à la maison est censée protéger de tout mal au long de l'année, jusqu'à la prochaine fête.

 

Durmitor:

Bobotov Kuk (2523 m) 
Sljeme (2455 m)
Milosev Tok (2426 m)
Bandijerna (2409 m),
Prutas  (2393 m)
Minin Bogaz (2387 m)  
Savin Kuk  (2313 m)
Zupci (2309 m)  
Terzin Bogaz (2303 m) 
Medjed (2287 m)
Trojni Prevoj (2245 m)
Crwena Greda (2175 m) 
Skrcka jeziora (1686 m)
 
 

 

HERCEG NOVI

Cette ville, située à l'ouest du pays, près de la mer adriatique et de la frontière croate, doit son appellation (novi = neuf) au fait qu'à l'époque où elle fut construite, au XIVe s., elle apparaissait comme nouvelle par rapport à celles qui l'environnaient.

Les ruelles étroites et pentues de la vieille ville mènent à la forteresse turque, qui mérite une visite, et qui est utilisée aujourd'hui l'été comme théâtre municipal.

Sur la place principale, ombragée de palmiers, se dresse l'église saint-Michel (sveti Arhandje Mihaïlo), construite en 1900, à l'architecture éclectique, étrange, et composite ; dont les tours évoquent des minarets. Et une fontaine d'un style très ottoman. A proximité, sur une place plus modeste, se trouve l'église sveti Jeronim, et pas très loin, une tour d'horloge.

 

BOUCHES DE KOTOR

La partie la plus pittoresque de la côte monténégrine, constituée de quatre lagunes en forme de triangle, se situe à proximité de la frontière croate. Les pentes escarpées de la montagne surplombent des villes et villages d'un grand intérêt architectural construits au raz des flots, offrant au visiteur qui empruntera la route côtière des paysages inoubliables.

 

RISAN

Un des villages les plus pittoresques des bouches de Kotor, dont les plus anciennes traces remontent au IVe s. av JC. Au IIe s. de notre ère s'y trouvait la « villa romana », une habitation de riches Romains, qui abrite aujourd'hui un musée. Il en subsiste, outre les soubassements des murs, un parquet de mosaïques bien conservées.

Près de la villa, l'église st Pierre et st Paul, du XVIIe s. possède une rosace de façade, de style renaissance, très décorée. Une rue, au pavement de galets et de pierres plates, dessinant des motifs géométriques à la manière ottomane, mène à la ruelle qui conduit au palais Ivelic, bâti au XVIIIe s. Malheureusement, le palais est en ruine ; la balustrade du balcon s'est effondrée, la façade est envahie par le lierre, et des deux tourelles rondes qui protégeaient l'accès à la cour, seul l'encadrement de pierres témoigne de l'existence.

 

PERAST

Tapie au fond des bouches de Kotor, encaissée dans un paysage de hautes montagnes qui dominent le golfe, Perast offre au visiteur la vision attrayante de ses églises et palais renaissance-baroque bâtis de pierre claire.

La ville appartint longtemps à la République vénitienne, et son architecture garde la trace de cette longue domination. Elle exerça pendant des siècles une activité portuaire et maritime, avec ses chantiers navals, et une école très renommée formant des capitaines de navires, qui accueillit un temps parmi ses élèves les officiers de la flotte russe que constituait le tsar Pierre le Grand ! Les plus importants monuments de la ville sont l'église st Michel, du XVIIe s. avec son haut clocher, et les résidences somptueuses bâties par les riches familles ayant fait fortune dans la marine marchande : Smeca, Zmajevic, Bujovic…

Depuis la promenade du front de mer, on a vue sur deux îles qui abritent chacune une église ; la plus petite, dépourvue d'arbres, à été élevée au XVIe s. à partir d'un simple rocher qui affleurait à la surface.

 

DOBROTA

Ce village tout en longueur qui s'étale sur la partie orientale des bouches est presque relié à Kotor. L'église baroque de st Etienne est en phase de rénovation.

Dobrota possède un grand nombre de palais et d'édifices religieux, dont beaucoup ont souffert du tremblement de terre survenu en 1979. Certains ont été reconstruits, d'autres demeurent fermés. Les nouveaux bâtiments tentent de reproduire le style architectural des palais anciens.

 

La côte à cet endroit est assez plate, les plages faites de petits galets, prolongées de pontons bétonnés donnent accès à une eau exceptionnellement transparente.

 

 

KOTOR

La ville qui donne son nom à la région, jadis un port très important, blotti au pied des hauts monts du massif Lovc1en, a été fondée par les Grecs. Elle a ensuite appartenu à l'empire byzantin, puis est passée sous la domination de Venise, et de la monarchie austro-hongroise. Dans les deux derniers siècles, elle a connu de nombreux bouleversements causés par les guerres européennes et les traités politiques.

Ce qui frappe le visiteur est la muraille fortifiée datant du moyen-âge qui entoure la ville, pourvue de trois portes d'entrée, et les massives murailles qui montent en zigzags jusqu'à la citadelle, située 260 m plus haut. Elle permettait de protéger la ville contre les incursions turques.

 

Malgré les tremblements de terre, la ville a conservé beaucoup de ses monuments des siècles passés ; de la cathédrale st Tripun du XIIe s., pourvue de trois nefs et de deux tours du XVIIe, aux bâtiments du XIXe, en passant par les églises romaines et byzantines, et les palais d'époques renaissance et baroque.

Un micro-climat exceptionnel permet à Kotor de s'orner d'une végétation exubérante et exotique. Grâce à la qualité de ses monuments, la ville figure au patrimoine de l'UNESCO.

 

SVETI STEFAN

Cet ancien village de pêcheurs situé à 20 km au sud de Budva, entouré de fortifications moyenâgeuses, est, par sa situation et son aspect pittoresque, une « carte postale » incontournable de la côte monténégrine.

On y accède par le parc Milocer, forêt de pins parsemée de résidences luxueuses. Après la seconde guerre mondiale, les maisons abandonnées furent rénovées, et en quasi-totalité reconverties en hôtels de grand standing.

 

BUDVA

Grande ville portuaire et importante station balnéaire au cśur de la riviera monténégrine, Budva, fondée au IVe siècle avant notre ère, est une des plus anciennes villes de la côte adriatique.

Son passé est étroitement lié à celui de Kotor. La partie la plus pittoresque et digne d'intérêt est la vieille ville (Stari Grad) qui occupe une péninsule située au sud du port. Elle est entourée de murailles défensives construites au XVe s., reliées à la citadelle qui s'avance dans la mer. Deux portes donnaient accès à Stari Grad : celle dite de la terre, et celle de la mer. Des ruelles étroites et ombragées, bordées de vieilles maisons abritant cafés, restaurants, et boutiques de souvenirs ou de mode, conduisent à la cathédrale saint Jean (Sveti Jan), de style initialement roman, très reconstruite depuis, qui recèle une mosaïque contemporaine et un clocher du XIXe s. Sur une place toute proche se dresse la massive église de la Trinité, avec ses blocs de pierre blancs et roses, et son imposante coupole

 

Plus loin s'accolent aux murs la petite église romane St Sava, et la plus ancienne, du IXe s., Ste Marie in Punta. Dans cet angle formé par la muraille, à l'ombre des palmiers et des arbres et arbustes exotiques, se tient l'été un festival de musique et de théâtre.

L'austère et long bâtiment formé par la citadelle, auquel on accède par un grand escalier, contient un musée exposant de belles maquettes de bateaux, une bibliothèque, et un restaurant. De la spacieuse terrasse qui le domine, on dispose d'un joli panorama sur Budva, la mer, et deux îlets tout proches.

 

MONASTERE PIVA

Construit au XVIe près de la rivière Piva, dans un lieu qui est aujourd'hui immergé suite à la construction d'un barrage électrique, ce monastère, en raison de sa valeur culturelle et architecturale a été déplacé et reconstruit, pierre par pierre, dans un endroit plus élevé, à quelques km au sud de Plužine.

Les murs, couverts de fresques magnifiques, et les voûtes, ont ainsi pu être sauvées. Au-dessus de l'iconostase, une imposante croix dorée attire l'attention, ainsi qu'un lustre à la couronne finement décorée à laquelle sont suspendus des śufs d'autruche !

 

MONASTERE D'OSTROG

Blotti dans la paroi d'une haute falaise qui domine la vallée de la Zeta, entre Nikišic et Danilovgrad, cet édifice orthodoxe est un célèbre lieu de pèlerinage et une des curiosités les plus visitées du pays. Il abrite les reliques très vénérées de saint Basile qui attirent des foules de croyants. Ses constructeurs ont profité de la présence d'une grotte dans la paroi, à 900 m d'altitude, pour y édifier le monastère. Une route sinueuse et escarpée conduit au monument dont la façade crépie de blanc se voit de très loin, et qui offre une vue exceptionnelle sur la vallée.

L'édifice possède plusieurs niveaux. Dans la partie inférieure repose le corps du saint dans une petite grotte, entouré d'icônes. A côté se trouve l'entrée vers l'église principale, ainsi que l'escalier qui mène aux étages supérieurs. Ce qui y frappera le plus les visiteurs est la minuscule église blottie tout en haut, dans la roche qui forme ses trois parois et son plafond, entièrement recouverts de fresques bien préservées, aux motifs bibliques et végétaux peints en couleurs vives. En contrebas ont été construits des bâtiments destinés à l'accueil des nombreux pèlerins, ainsi que deux églises sur la route d'accès.